Quand le Slow Food rencontre le Slow Sex !

Et oui le grand jour du dépucelage est arrivé ! J’ai l’honneur de co-animer (bon je vais plus faire l’assistante à l’écoute et m’occuper de l’organisation mais cela suffit pour me mettre en joie) mon premier atelier avec Emmanuelle Duchesne ; Rien que ça. Je suis à la fois bouleversée et excitée car il faut savoir que l’animation d’ateliers de développement personnel est un désirs ardent que j’attise depuis un long moment. Lorsque j’ai créé ce blog j’ai posé l’intention de ne pas rester uniquement dans le virtuel, car faire sauter les barrières et trouver ses propres limites, ça ne se fait pas qu’en lisant des articles (et puis j’aime vraiment les gens). Mais voila, pas toujours facile d’oser, d’avoir confiance en soi et de se sentir légitime. Mais je me sens prête, je vais commencer doucement grâce à l’association érotique aromatique (oui le blog va aussi changer de nom, je voyais trop de gens galérer à l’écrire ou le prononcer) que je viens d’accoucher… la préfecture est en train de traiter le dossier.

Donc voici le premier atelier ! Quand le Slow Sex rencontre le Slow Food.

slowsexslowfood-fb

De toute beauté cette figue en forme de cœur hein ? Car oui, nous allons parler de sexualité en conscience. Point de fornication avec de pauvres fruits et légumes comme peut le suggérer mon affiche non officielle…

slowfood-slowsexC’est drôle mais pas très fin et délicat hein ? J’en profite pour partager le travail de Stephanie Starley qui est à la fois WTF et émoustillants : Elle caresse et doigte des fruits avec une sensualité qui m’émoustille.

Du “fruit porn” pour “personnifier et redonner du pouvoir aux vagins à travers l’humour et l’absurdité, et faire accepter la sexualité féminine au sens large ». Car dans le royaume d’internet, si sexualiser un objet/fruit de forme phallique ne pause pas de problème, il n’en est pas de même avec les vulves. Pareil pour les tétons féminins censurés… alors que les mecs exhibent leurs tétons virils sur les réseaux sociaux sans impunité, ni honte. Donc une artiste qui secoue les normes avec humour, j’aime ça…oh oui !

Bon revenons à notre sublime atelier !!

Si tu as Facebook n’hésite pas à partager l’événement. Sinon tu peux diffuser l’info :

“Avant de mettre la main au slip, mettons la main à la pâte et parlons de sexe !

Samedi 29 Octobre de 14h à 18h pour une exploration du Slow Sex en passant par le Slow Food !

Inscription OBLIGATOIRE, places limitées : envoie un mail à erotiquaromatique@gmail.com avec ton nom, prénom et numéro de téléphone.

Au menu :

Éveil de tous nos sens ..
Ralentir pour mieux sentir ..
Aiguiser nos perceptions ..
Exprimer nos goûts et désirs ..
Observer, écouter ..

Recette :

Simplicité,
Bienveillance,
Non-jugement,
Partage,
Écoute,
Liberté,

Notre proposition :

Une après-midi pour fondre, frémir, bouillir ET apprendre à faire tout cela encore plus tout les jours !!!

Comment :

Après avoir installé un cadre sécurisant permettant l’ouverture dans l’authenticité et la vulnérabilité nous proposerons une alternance de jeux de communication, expériences sensorielles, & gustatives, partages d’expériences et de connaissances venue de l’expérience d’Emmanuelle de la méditation orgasmique.

Où : Chez Divine For Love
21 Rue Pierre de Fermat, 31600 Muret

Quand : Le 29 octobre 2016 de 14h à 18h

Combien :
Contribution libre et consciente, nous vous demanderons de prendre en compte l’achat du ‘matériel’ permettant nos expérimentations, et nous vous partagerons notre temps et argents investis pour rendre cette événement possible.

Renseigements : Emmanuelle 06 64 03 27 36

Inscription : envoie un mail à erotiquaromatique@gmail.com avec ton nom, prénom et numéro de téléphone.

Qu’est-ce que le “Slow Sex”?

“À force d’essayer de rentrer dans le moule on devient tarte.”

C’est la pleine conscience appliqué au sexe, à nos sens, à nos émotions & désirs.
C’est oser être et communiquer ‘vrai’.
C’est changer nos perception et découvrir l’orgasme comme un état et l’amour comme une sensation.
C’est une façon de vivre une sexualité en profondeur, en connexion avec nos vrais désirs, dans le moment présent, et pas seulement dans la génitalité.
C’est sortir de la co-dépendance et tendre vers l’autonomie et l’abondance.
C’est remplacer les buts à atteindre par de la curiosité pour ce qui est présent car :

“Nos objectifs sont déterminés par notre imagination, le connu. Si nous nous libérons de nos objectifs alors nous nous ouvrons à l’infini des possibles.”

Nous partagerons des clés pour une sexualité et des relations éveillées, réveillés, vivifiées et enrichies par l’attention portée sur nos perceptions sensorielles !
En somme, nous vous proposons une révolution avec de nouvelles façons de concevoir les relations, la séduction, la sexualité, l’orgasme et le désir… et pleins d’autres choses encore !!

Un ‘sacré’ chemin initiatique ! Cette demie-journée sera un premier pas et une invitation à continuer.

Qu’est ce que le “Slow Food” ?

C’est une réaction contre les fast food qui standardisent les goûts au mépris de la santé des hommes et de la planète.
C’est la réappropriation des plaisirs de la table avec soi même et les autres.
C’est le partage, la découverte et l’exploration gastronomie.
C’est l’autonomie alimentaire, le respect et la qualité des êtres vivants.
C’est de privilégier la connaissance et l’éducation pour se nourrir en conscience.
C’est ralentir pour mieux se nourrir, sentir et ressentir. “

Merci et gros Bisous !

 

Liberty Group : Une révolution Libertine !

Il était une fois… il y ‘a trois ans en fait… deux jeunes parisiens libertins bisexuels qui ne se sentaient pas à leur place dans le monde libertin qui leur était proposé. Car oui, le royaume du libertinage est un monde qui a bien changé, jadis pour les libres penseurs, puis pour les élites, il est maintenant à la mode et attire beaucoup. Sur les sites de rencontres, on y voit de nombreux profils qui cherchent du sexe facile, consommable avec des critères physiques très précis allant jusqu’à la taille du pénis exigé TBM (très bien membré). Mais c’est un monde aussi patriarcal et normé ; certains clubs interdisent aux femmes porter des pantalons et chaussures plates tout en leur offrant l’entrée (si c’est gratuit c’est toi le produit). Au niveau de la sexualité, la bisexualité est accepté (voir plus ou moins obligatoire) pour les femmes alors que pour les hommes c’est plutôt la virilité qui est mise en avant. (D’ailleurs j’ai un super souvenir de papoter joyeusement en sauna avec un ami… en parlant de gode ceinture j’ai fait fuir un homme seul qui nous regardait avec gourmandise).

Résultat, beaucoup de femmes bie passives, d’hommes bi frustrés, peu de réel mélange de corps. Et surtout ..une prolifération de couples dont le “monsieur” met la “madame” en vitrine, se servant d’elle et de sa bisexualité (réelle ou non) pour coucher avec d’autres femmes.

Nos deux jeunes protagonistes ont alors 3 choix, se conformer à un monde dans lequel ils se sentent étriqués par la norme, renoncer à leurs désirs de mélanges de corps ou créer leurs monde. C’est alors qu’armés de leur philosophie qu’ils créèrent leur bulle de plaisir, faite pour s’étirer, accueillir des amis avec convivialité et respect.

Tadaaam … ! liberty-group

Stéphane, le créateur, m’a expliqué qu’il a eu envie de recréer la dynamique des orgies romaines en revenant à la philosophie fondamentale du libertinage. Le groupe c’est avant tout des amis qui se retrouvent, discutent dans la complicité et se mélangent parfois dans la détente, tendresse, simplicité, générosité, respect, humour et luxure. Le mélange des corps ne se soucie pas de la culture, de la richesse et de la couleur de peau, seul le respect, le plaisir et l’amitié les lient.

Plus on est bi, plus on rit

Mais pour garantir cet esprit il faut prendre quelques précautions : les personnes sont recrutées sur le feeling pour être sûr qu’elles adhèrent aux valeurs et sont réellement bisexuelles. Le groupe n’a pas de but commercial et reste un collectif de 150 libertin-e-s.

Autre chose que je trouve absolument formidable et qui me fait vraiment plaisir : Le groupe organise ses apéros/ sauteries/ repas dans des lieux libertins mais pas que ! Dans les lieux non coquins, il permet de sensibiliser et de casser les clichés qu’il y a autour du libertinage. De montrer le fossé entre la réalité et les suppositions souvent glauques que se font certaines personnes permettant d’ouvrir leurs esprits. Non le libertinage ce n’est pas des gang bang, ce n’est pas non plus des pénétrations à foison et des regards vicieux ponctués de “hmmm la salope”.

Car oui, le libertinage peut-être aussi varié que le sont les sexualités des êtres humains. Mais cela est vrai pour la vie. Si tu te sens étriqué par les normes de ton environnement, pas à l’aise dans une vie qui ne te conviens pas, esclave de valeurs qui ne sont pas les tiennes… Tout est possible, le changement est une quête excitante et pleine de sens lorsqu’il est aligné à ce que l’on désire vraiment. Le tout est de sortir de sa zone de confort. Dès lors tu peux vite te rendre compte que tu n’es pas seul et que le monde regorge d’âmes prêtes à vouloir oser d’être pleinement elles-même.

Une leçon de vie donné par un groupe de libertins bisexuels… ça t’épate hein ?