Comment vivre une relation amoureuse sereine ?

 

Ce sujet, peut être trop ambitieux, à plusieurs réponses, plusieurs approches que j’aimerai retranscrire. Dans cet article la réponse me vient d’Eckart Tolle dans l’ouvrage “Le pouvoir de l’instant présent” qui m’a sortie d’un brouillard émotionnel. J’ai envie d’aborder le sujet de l’amour car il est très lié au sexe. Même si on peut les séparer, le sexe a une grosse influence sur l’amour et vice et versa. C’est chimique : phéromones, phényléthylamine ou ocytocine te “manipulent” !

Dans cet ouvrage, Eckart Tolle explique que nous nous identifions à tord au mental, cette petite voix cet incessant bruit de pensées continues avec lequel tu réfléchis, anticipes le futur et ressasses le passé. Ce mental s’interpose entre notre “moi profond” et notre véritable essence. Afin que tu reste identifié à lui, il crée un écran opaque de concepts, d’étiquettes, d’images, de mots, de jugements et de définitions. Mais aussi, il fuit toute connexion avec le moment présent, ce moment où tu te retrouves avec ton toi. Tu as déjà pensé a ta liste de course pendant le sexe ? c’est le mental ! Après ne diabolise pas le mental, il est très utile pour réfléchir, résoudre, planifier…cependant il est encombrant et veut être calife à la place de calife (toi).

L’amour, entre passion et haine.

Donc parlons d’amour ! Celui qui fait virevolter des papillons dans ton ventre, qui dessine un sourire niais sur ton visage hébété.

Mais je vais commencer par parler de celui qui s’effrite dans les larmes, qui te donne cette illusion de bonheur qui va, se brise en éparpillant de la souffrance. Celui qui rend accroc, passionnel et destructeur. On s’aime à la folie, on se déchire dans les cris et les crises jusqu’à épuisement.. ce schéma, on le connait plus ou moins tous.

Le positif et le négatif dans un couple témoignent d’un dysfonctionnement, les repérer, les analyser est source d’évolution :

Commençons par le négatif qui se traduit par la possessivité, la jalousie, le contrôle, la fermeture, les ressentiments non exprimés, le besoin d’avoir raison, l’insensibilité, la  préoccupation excessive de soi, l’exigence, la manipulation emotionnelle, le besoin de tenir tête, de critiquer, de juger, de blâmer, d’attaquer. La colère, la revanche et l’inconscience dans le sens de ne pas être présent et de se laisser emporter par les émotions contribuent également au négatif.

Le positif se manifeste par l’amour du partenaire bien-sûr, le sentiment d’être intensément vivant, que ton existence devient satisfaisante car l’autre a besoin de toi, l’impression d’être quelqu’un de spécial, de se sentir complet ensemble, que le reste du monde est insignifiant, que l’autre est un besoin, une drogue.

Mais…ce positif ne représente pas l’Amour justement ? Non c’est de la dépendance affective. Les positifs alterneront toujours avec les négatifs ; Eckart Tolle explique que cette polarité passion/haine est obligatoire car ils sont mutuellement dépendant l’un de l’autre : le positif comporte du négatif non manifesté. Le véritable amour n’a pas ces opposés car il prend sa source au delà du mental, c’est un état vécu continuellement.

Mais alors, pourquoi ce modèle amoureux qui procure de la dépendance affective est recherché par tous ?

Parce que nous laissons le mental contrôler notre vie et nos relations amoureuses, ce qui ne fait pas partie de ses compétences. Il cherche de nouvelles choses auquels s’identifier pour exister et les relations de dépendances affectives sont parfaites pour ça : le centre de ton monde n’est pas en toi et tu y défini ton identité. Ainsi, on ne considère pas le salut (satisfaction, paix et vie dans la plénitude) ici et maintenant mais dans le le futur “je ne serait heureux-se/ entier-ère que lorsque je trouverai l’amour”. Le bonheur ne peut qu’être en vous, ici et maintenant, pas dans un hypothétique prince charmant Aimes-toi avant d’aimer l’autre. Mais ce n’est pas tout, la peur de la solitude (être face a face avec soi même) et les souffrances passés accumulées ( le corps de souffrance) jouent un rôle dans nos comportements amoureux et un partenaire qui n’a pas toujours les comportements qui les comblent…on voit alors l’autre comme à l’origine de ces sentiments.

Comment avoir une relation plus éclairée ?

Soi présent-e, ici et maintenant. Pour ne plus te laisser contrôler par le mental et le corps de souffrance, ne plus se définir par eux et être dans l’inconscience. Pour cela il y a plusieurs techniques, la méditation, les actes réalisés en pleine présence (par exemple marche en te concentrant sur les sensation du sols sur la plante des pieds) et en couple il y a la sexualité consciente, le tantra, le slow sex… Mais aussi le fait de devenir, de se sentir observateur du mental permet de prendre du recul vis a vis de lui et de se dés-identifier.

L’Amour est en toi et ne dépend pas d’un autre. Il a différentes intensités entre ta mère, tes potes, ton partenaire, le mec qui est a ta droite dans le train etc. Ce qui fait le degré d’intensité est la capacité d’une autre personne a refléter l’amour qui est déjà en toi.

Analyse tes comportements qu’ils soient positifs ou négatifs, pour voir les scénarios mentaux qui se répètent. Chaque crises est une occasion de travailler sur soi, n’oublie pas l’effet miroir : je n’identifie chez l’autre que ce qu’il y a en moi. Il faut accepter cette crise à la place de s’échapper, coopérer au lieu d’éviter les relations en reconnaissant les faits propres à la situation. En niant les faits tu te fermes a la communication et au changement.

Accepte l’autre, totalement. Es tu amoureux-se de lui-elle ou du modèle de perfection que tu essaye de lui coller ? On ne modèle pas son-sa partenaire comme de l’argile. Arrête de te juger toi et ton-ta partenaire. Le jugement est crée par le mental et est donc une inconscience. Sois plutôt celui ou celle qui reconnait plutôt que celui qui juge et réagit. “Au lieu de se battre contre l’obscurité, crée la lumière.”

Communique, utilise la communication non-violente et/ou aménage un espace de discussion bienveillante où vous pouvez vous exprimer dans la bienveillance et l’amour.  Exprime tes pensés, sentiments et réaction quand ils se présentent à toi, ne les accumule pas, ça explose. Ne culpabilise pas avec des reproches qui vont fermer l’autre à la communication. Écoute l’autre, fais lui de la place.

Voila c’est tout et c’est déjà beaucoup. Je te laisse avec le Gugus de la Communication Non-Violente, ça peut toujours servir ! Bisous

 

 

 

 

6 conseils pour débuter dans le libertinage en couple (avec des bouts de témoignages dedans)

6 conseils

1. Introspection de soi et de son couple pour connaître les motivations et les désirs.

Commencez par vous poser les questions suivantes chacun de votre côté :

Pourquoi je souhaite commencer le libertinage ?
Comment je conçois l’esprit libertin ?
Qu’est ce que je m’imagine vivre avec l’expérience du libertinage ? Comment j’aime faire l’amour ?

Et enfin partagez vos réponses unes à unes pour voir les similitudes ou les différences.

2. Établir ses propres règles.

Les similitudes ou les différences permettent de déterminer ensemble ce que vous désirez, ou pas. Il faut que vous soyez d’accord tout les deux et peut-être faire des compromis. Dans vos propres règles vous pouvez tout mettre : un signe en soirée pour donner l’accord, comment fuir d’une soirée qui ne vous plaît pas … Mais surtout vous pouvez changer les règles : avec le libertinage on découvre et on déconstruit certaines croyances.

N’oubliez pas d’aborder l’inconditionnelle question : Voit-on hors couple ?
Voulez-vous la totale liberté ou préférez-vous vivre exclusivement des moments d’intense partage de jouissance a plus de 2. Pour notre part nous avons décidé de ne pas voir hors couple parce que nous aimons nous regarder l’un autre l’autre pendant l’acte. Après, n’aimant pas la possessivité j’ai tenté de changer la règle en “on ne voit pas hors couple mais si ça arrive ça ne fera pas de mal à l’autre” Mais non Lucien ne veut pas et je respecte ça. Il a plutôt remplacer la règle avec “on ne voit pas hors couple donc si on est en soirée et qu’une personne très attirante nous branche, on la drague et on fera ça a trois”.

3. Communiquez avec la plus grande clarté sur vous et vos désirs.

Pour cela il faut s’imprégner du langage, des codes du monde libertin. Il y a autant de façon de libertiner que de personnalités et de fantasmes. Vous pouvez aller voir le glossaire libertin de Partagisme pour vous en imprégner.

Echangisme : La pénétration hors couple est autorisée.
Mélangisme : Il n’y a pas de pénétration séparée, mais milles caresse et coups de langues.
2+2 séparé : Les partenaires s’échangent et vont dans une autre pièce.
Caudaulisme : L’un des partenaires observe sa moitié coquiner avec un-e autre.

Mais ce n’est pas tout, il est important de bien déterminer quel profil de couple vous êtes pour trouver les personnes qui vous correspondent. Il faut être clair et honnête quand on se décrit aux autres et donc trouver un champ lexical sur votre couple. Il est très important d’être en phase avec ceux que vous rencontrez et de ne pas faire de concession ; savoir dire “non” est primordial.

Par exemple avec Lucien on ne pensait pas qu’un couple qui n’embrassait pas nous dérangeait. Une fois dans un jacuzzi avec des anti-salades-de-langue, qui te tripotent en te souriant bêtement et en te regardant dans le blanc des yeux nous avons compris à quel point nous avons besoin de cette divine entrée. Nous n’étions pas assez excités pour aller plus loin. À la fin on s’est aussi rendu compte que ce couple était branché vite-fait vite-joui, et niaient l’existence du point g. Nous avons pris conscience que nous n’échangeons pas assez sur l’essentiel (comment aime t-on faire l’amour ?) avec les autres.

4. Prends le temps qu’il vous semblera nécessaire.

Ne faites pas de concessions et osez dire non quand vous ne le sentez pas : “tout est possible, rien n’est obligatoire”. Prenez le temps de connaître les personnes avant de vous lancer si vous en avez besoin. Renseignez vous sur la sexualité des autres pour éviter les situations déplaisantes par exemple de tomber sur un homme qui te biffle en s’exclamant “tu aimes ma bite…Tu l’aimes comme elle est dure pour toi ? hein ?”. Je vous laisse imaginer le glam de la situation…Lucien a failli pouffer “Merci qui ?…”.

BONUS +++

5. Apprends des autres.

Le sexe est un art où rien n’est acquit, il est indispensable d’apprendre constamment. Échanger librement sur ses pratiques et techniques, voir d’autres manières de faire est une bonne manière d’apprendre. Par exemple on a apprit que derrière le genou c’est assez érogène et que le point g c’est fabuleux.

6. Choisis bien les amis a qui tu en parles.

Surtout éviter de le dire aux amis dont la petite amie est jalouse maladive, vous passerez pour des pervers qui essaye de donner des idées de libertinage à son mec, voir pire, essayer de l’entraîner dans une partouze. Alors que l’une de nos règles est justement “on touche pas aux amis”.

Pour terminer, nous espérons que ce guide vous aidera et dissipera vos préjugés sur le libertinage. En tout cas une phrase pour décrire toutes ces conseils : respecte toi tout en respectant l’autre. Pour toutes questions n’hésitez pas à commenter pour témoigner ou poser des questions.